__LE BILAN PSYCHOLOGIQUE / LE BILAN D’ORIENTATION_____________________________________


LA "PRECOCITE INTELLECTUELLE"

Le thème des "enfants intellectuellement précoces" est aujourd'hui très médiatisé, et parfois vulgarisé, mais un certain flou autour de cette notion persiste. En effet, il s'agit d'un sujet très complexe, qui suscite de nombreuses réflexions et recherches scientifiques.

On assiste depuis quelques années à des discussions et des débats autour de la désignation même de cette "caractéristique", de sa définition ou de son évaluation. Certains parlent de "précocité intellectuelle" ou d'enfants "surdoués", d'autres préfèrent la dénomination "don" ou "douance", on utilise également le terme de "haut potentiel intellectuel"...

L'enfant "intellectuellement précoce" est dépisté à l'aide de tests ( l'échelle WISC est la plus utilisée), qui évaluent l'intelligence à travers différentes échelles. Il est généralement reconnu qu'un Quotient Intellectuel supérieur à 130 caractérise une "précocité intellectuelle". Néanmoins, l'évaluation est souvent plus complexe : les profils sont parfois hétérogènes, avec bien souvent certains décalages entre les échelles des tests proposés. Chaque enfant a un profil différent et peut présenter une précocité dans un domaine et non dans un autre.

Par ailleurs, il est primordial de rappeler que la construction de la personnalité de l’enfant est caractérisée par une forte intrication entre le développement affectif et le développement intellectuel. Ces deux sphères interagissent entre elles. Le dépistage de l'enfant "surdoué" ne peut donc se faire que dans une approche globale, considérant l'enfant dans toute sa singularité.

Les enfants « surdoués » diffèrent autant les uns des autres que les autres enfants. On remarque cependant des particularités dans leur développement et leur fonctionnement affectif mais celles-ci ne sont pas constantes et systématiques. On observe parfois un décalage ou une "dyssynchronie" entre la vie intellectuelle de l'enfant et sa vie sociale ou affective. Certains enfants présentent une hypersensibilité, d'autres un manque d'estime de soi...

 " Il n’est pas aisé d’être exceptionnel dans son enfance et l’on peut penser que bien des sujets risquent de développer, au nom même de leur qualité intellectuelle exceptionnelle, des difficultés d’ordre affectif qui peuvent peser sur leur avenir ". Duché, D.-J. (1979).

Cependant, il est important de rappeler que la précocité intellectuelle n'est pas un symptôme ou une pathologie. Elle n'entraine pas systématiquement des difficultés, un déséquilibre ou un mal être. Un grand nombre d'enfant dits "précoces" sont très heureux, grandissent bien et s'épanouissent.


 

 

Cabinet de psychologie - Julia LEGRAND
Psychologue Clinicienne - Psychothérapeute
31 rue de Naples, 75008 Paris - Tel :  06. 74. 68. 64. 65
contact@cabinet-psychotherapie.com

Mentions légales